Marx et la poupée
EAN13 : 9782371000438
ISBN :978-2-37100-043-8
Éditeur :Le nouvel Attila
Date Parution :
Nombre de pages :202
Dimensions : 21 x 15 x 1 cm
Poids : 268 g

Marx et la poupée

De

Vendu par Librairies de Port Maria (Quiberon 56170)

18.00€
Depuis le ventre de sa mère, Maryam vit de front les premières heures de la révolution iranienne.
Six ans plus tard, sa mère et elle rejoignent le père en exil à Paris.

À travers les souvenirs de ses premières années, Maryam raconte l’abandon du pays, l’éloignement de sa famille, la perte de ses jouets - donnés aux enfants pauvres de Téhéran sous l’injonction de ses parents communistes -, l’effacement progressif du persan sans cesse en opposition avec le français, qu’elle va tour à tour rejeter, puis adopter frénétiquement, au point de laisser enterrée de longues années sa langue natale.

Maryam Madjidi raconte avec humour et tendresse les racines comme fardeau, comme rempart, comme moyen de socialisation, et même comme arme de séduction massive.

2 Commentaires 5 étoiles

Identifiez-vous pour écrire un commentaire.

Commentaires des libraires

Extrêmement touchant !

5 étoiles

Par . (Librairies de Port Maria)

Petite fille exilée à Paris, Maryam regardait son ami Shirin lui raconter les "aventures" et imiter sa famille ou son institutrice restées en Iran.
Un vrai spectacle !
Aujourd'hui, c'est elle qui nous fascine en faisant vivre devant nous des scènes qui nous bouleversent des êtres remarquables. La poésie qui tient une telle place dans sa vie colore intensément son récit et le rend particulièrement séduisant.

Commentaires des libraires

immigration, Iran

4 étoiles

Par .

La double culture, est-ce une chance ? L’auteure répond clairement non et nous décrit les difficultés, pour une enfant de 8 ans, d’être arrachée à sa terre natale pour la France dont elle ne connaît rien.
Tout n’était pas rose dans son pays : ses parents, fervents communistes, l’obligeaient à donner ses jouets à d’autres enfants. Des amis de ses parents, certains ont disparu dans les geôles du pouvoir.
Voulant s’intégrer en France, elle refuse de parler, de lire et d’écrire le persan. Mais un voyage en Iran pour retrouver sa famille bouleverse ses repères.
S’agit-il d’un roman ? Plutôt de fragments de vies mis parfois en poésie.
L’image que je retiendrai :
Celle des parents qui, avant de fuir en exil, enterrent dans le jardin les oeuvres de Marx et des grands penseurs communistes.
http://alexmotamots.fr/marx-et-la-poupee-maryam-madjidi/